jeudi 19 février 2009

Même si le temps des fêtes est passé et que l'hiver est termin que la neige commence à fondr que le printemps s'en vien qu'on est enterrés sous 3m de neige, replongeons-nous dans l'atmosphère festive et transportons-nous à Paris le 31 décembre!

Pendant cette période, j'ai reçu de la Grande Visite de la Gaspésie!

Pour fêter le jour de l’an 2009, nous décidons de faire comme le Tout-Paris, et de «remonter les Champs-Élysées», parce que ça fait bien, et que quand on est du jet-set, il faut pouvoir dire qu’on a «remonté les Champs-Élysées» pour le jour de l’an.
Surtout quand on vient de la Gaspésie ou du Bas-du Fleuve. Ça fait bien.

À pied, bien sûr, puisque pour le 31 décembre, les Champs Élysées sont fermés à la circulation.

Nous savons qu’il y aura foule, terrain idéal pour les pickpockets. Nous partons avec rien (sauf mon éternel appareil photo, bien sûr). Pas même un ticket de métro puisque le métro est gratuit, comme à tous les jours de l’an, pour encourager les gens à ne pas prendre leur char. Vu que nous n’avons pas de char, ça tombe bien, nous en profitons.


Il est déjà plus de 22h30 quand nous prenons le métro pour nous rendre place de la Concorde. Il y a déjà plein de monde, la foule marche vers l’arc de triomphe, nous suivons.


Il y a bien quelques personnes complètement «en dehors de la track» qui vont dans l’autre sens («descendre les Champs-Élysées» ne sonne pas aussi bien que «remonter les Champs-Élysées») mais nous, nous sommes «in» et nous remontons les Champs-Élysées.

Mais trêve de gargarisme snobinard. Racontons plutôt ce qui se passe quand on remonte les Champs-Élysées le 31 décembre (pardon, je n’ai pas pu me retenir une dernière fois).
Tout le monde ne marche pas au même rythme, ce qui permet d’observer la faune bigarrée parisienne (j’aime bien placer des clichés dans ma conversation!). Il y a des jeunes, des moins jeunes, et des carrément vieux. Des sobres, des saouls, des gangs d’énervés et des calmes, des habillés chaudement et des poupounnes en tites jambettes à l’air, des normaux et des déguisés…
Il y en a même qui sont déguisés en flics!


Minuit approche. Nous ne sommes pas encore rendus à l’arc de triomphe mais il semble que ça n’a pas d’importance. D’ailleurs depuis le temps qu’une foule serrée (et bigarrée) se dirige vers l’arc de triomphe, on se demande bien ce que les gens deviennent quand ils y sont rendus… on ne les voit pas revenir et ça m’étonnerait qu’ils continuent de l'autre côté sur l’avenue de la Grande Armée, qui, elle, n’est pas fermée à la circulation.

Bref, il est minuit. La tour Eiffel s’illumine, les gens hurlent leur bonheur d’être sur les Champs Élysées au jour de l’an, et les bouchons de champagne sautent.

Il y a toujours un super crétin, dans des cas comme ça, qui arrose son entourage de champagne plutôt que de le boire. Pas de chance, Super-Crétin était juste à côté de nous. Nous ne nous sommes pas méfiées, malgré son bonnet de père Noël et sa bouteille de champagne à la main, puisqu’il était avec sa blonde. On se disait donc qu’il allait partager cette bouteille avec sa blonde…

Mais non, c’est avec nous qu’il a choisi de la partager. En brassant vigoureusement la bouteille et en nous arrosant copieusement. Et quand ça a cessé d’arroser, il a recommencé à agiter sa bouteille. Même si la foule était dense, ça n’a pas pris de temps qu’il a fait le vide autour de lui! Même sa blonde s’était écartée. Bien fait pour lui!

Bon, après minuit, la foule, n’ayant plus de raison valable pour «remonter les Champs-Élysés», s’est dispersée. Nous décidons de nous diriger vers la Tour Eiffel, à tout hasard. Facile de se repérer, le faisceau lumineux se voit à des milles à la ronde.

(Le halo est l'un d'entre ceux qu'on voit, derrière le Grand Palais. Celui qui tourne, sauf qu'ici on a une photo donc on ne distingue pas le halo qui tourne de la Tour Eiffel du halo qui ne tourne pas du Grand Palais)

Vers 01h, un peu fatiguées, nous décidons de rentrer. Nous repérons une station de métro, puis nous entrons. Il y a foule. Encore plus que sur les Champs-Élysées! Nous nous frayons un chemin jusqu’à la rame, mais il y a tellement de monde dans les métros qui passent que personne ne peut entrer à moins de pousser!



Au bout de 4 à 5 rames pleines qui nous passent sous le nez, rusées, nous ressortons pour prendre le métro dans l’autre sens. En effet, dans l’autre sens, il n’y a personne ou presque et les métros sont presque vides.


C’est avec des pieds de nez à la rame d’en face, toujours pleine, que nous partons, assises dans le métro! D’après ce nouveau trajet, nous devons faire une correspondance et changer au Trocadéro pour rentrer vers la maison.

Grave erreur!!! Le Trocadéro étant en face de la tour Eiffel, le métro est bondé, encore plus que l’autre. Dans les deux sens!

On voit des visages écrapoutis contre la vitre dans les métros de la rame d’en face. Notre rame n’est pas mieux, ça ne rentre pas, les métros sont trop pleins.
Enfin un métro arrive, VIDE!!! HOURRA! La foule, spontanément, hurle son contentement!!! AAaaaah! C’est la fête!!! Et… hop, le métro vide nous passe sous le nez sans s’arrêter!!!! OOoooooooooooooooooh, la foule hurle son mécontentement spontanément…

Enfin, au bout que 3 à 4 autres métros pleins, nous finissons par pouvoir entrer. Nous nous insérons, en retenant notre souffle, à l’intérieur. Nous sommes tellement compactés que nos bras restent coincés dans la position dans laquelle ils étaient à l’insertion. Si on a la chance d’avoir eu la main dans les airs, on peut se gratter le nez. Sinon, faut même pas y penser.

Ici, la photo a été prise dès que j'ai pu extirper mon bras qui tenait la caméra de la masse compacte qui m'entourait.

Une altercation éclate à l’autre bout du wagon. Pas une bagarre, il n’y a pas de place pour même agiter le poing. Ça gueule un peu, ça s’agite sur place, mais les «combattants» ne peuvent faire rien de plus alors ils se calment vite.

À la station suivante, des gens cherchent à débarquer : nous sentons un compactage encore plus intense qu’avant : nous vidons nos poumons d’air pour prendre moins de place et les laisser sortir. Ils sortent. L’effet est comme si on dégrafait soudain un corset trop serré : nous pouvons respirer, nous pouvons même aller chercher un kleenex dans notre poche et le porter à notre nez!

Il est plus de 02h lorsqu’enfin nous arrivons à la maison… à environ 4 km de la Place Concorde. Ça aurait été plus vite rentrer à pied, sauf que ça fait beaucoup moins «in»...

20 commentaires:

Arnaud a dit...

OUAIIIIS ! Coyote : le retour ! :-)
Quelle joie ! Les 3 m de neige doivent vouloir dire que vous êtes de retour au pays, loin des rames de métro pleines à craquer ! Vu d'ici (Paris) 3 m de neige ça fait rêver, mais pas les québécois, ça se conçoit ;-)
J'ai pensé à vous samedi, j'étais dans une librairie consacrée à l'architecture et j'ai vu un bouquin consacré aux bécosses. Bon, c'est vrai, si j'avais pensé un peu plus fort à vous, j'aurai noté les références... je ne l'ai pas fait, c'est moche, j'espère que vous vous en remettrez. Dans le cas contraire, j'essaierai de réparer ce manquement.
Ca faisait long tout ce temps sans vous lire !
Merci ! Bon j'espère que la neige va pas rester encore des... mois, sauf si elle vous donne le temps de nous raconter vos aventures par le menu. (En parlant de menu, fini la période recettes de Mercotte ?)
Bonne continuation.
Arnaud

coyote des neiges a dit...

On aura encore la belle neige jusqu'au début de mai minimum... Faut pas oublier la traditionnelle tempête de pâques!

Fredesk a dit...

:o)

Suis content d'avoir jasé avec une personne du jet-set :o))

hihi

coyote des neiges a dit...

Tu es l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'Ourse!

Fredesk a dit...

Bon, va falloir aller chercher tes lecteurs par la peau des ouies :)

F.r.e.d.e.s.k. a dit...

Ah... oh... Eh !!!

:o)

(j'essaie de réveiller Coyote des neige de son hibernement)


:o)

coyote des neiges a dit...

Je viens à peine de me relever de la tempête de Pâques 2009!!! (Que j'avais prévue depuis 1 an)

F.r.e.d.e.s.k. a dit...

Pâques est déjà passé ? je croyais que c'était à venir... décidément, je vieillis. :o)

Y a eu beaucoup de neige chez toi ?

Fredesk a dit...

Snirffff, c'était le 19 février, snif... :o) Ça date en titi. :o)

Mais faut comprendre, Coyote est occupée à écrire son mémoire de doctorat ès sanisette. Faut pas la déranger. :o)

Francois et fier de l'Être a dit...

Plus de 6 mois, elle est constipée ?

coyote des neiges a dit...

Je suis occupée à faire mes conserves pour l'hiver!
Tu auras mes recettes dans poêle au nez!

vente-privee.fr a dit...
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blogue.
Fredesk a dit...

Vente privée, c'est quoi ça encore ?
_*_*_

Tu vas être équipée vrai : des conserves de macarons... héhé

Bonne fin d'automne. :o)

coyote des neiges a dit...

C'était une pub, désolée...

Anonyme a dit...

Noel approche, le jour de l'an aussi ! Le métro sera fermé le 1er Janvier 2010 suite à ton reportage bouleversant. Reviens nous voir, 2010 sera l'année du Velib. A nous le grattage de nez en toute liberté !
A bientôt,
Emeraudethorens

coyote des neiges a dit...

C'est pas prudent de se gratter le nez en conduisant un vélib!
(Ainsi que de parler au cellulaire pendant qu'on conduit un vélib, accepter des bonbons des vieux messieurs et parler au cellulaire pendant qu'on se gratte le nez tout en conduisant un vélib sans ceinture de sécurité)

Fredesk a dit...

Finalement le vélo d'hiver n'est que dangers ?

:o)

coyote des neiges a dit...

Ah non! Quand on fait du vélib à Paris, le danger ce n'est pas les chutes de neige mais les chutes de guano de pigeon!

Anonyme a dit...

kikoo coyote c'est bidouille

bon alors tout d'abord coyote ben je recois plus les mise a jour de ton blog sur mon mail si tu sais pourquoi ou comment ce probleme ???

Sinon j'etait aussi sur les champ le 31, mais je me suis rentrée rapidos a 17h pour eviter la foule.
J'ai fait la betise une fois d'aller sur les champ pour le nouvel an de l'an 2000 ouai ben heureusement que je dormais sur paris...

coyote des neiges a dit...

La newsletter, comme toutes les autres, n'a pas l'air de fonctionner...

Mais bon, vu que je ne poste plus très souvent :(