samedi 28 octobre 2006

Réunion!

Pour la première fois de ma vie, j'ai assisté à une réunion de co-propriétaires! Pas parce que j'en suis une moi-même, mais parce qu'on m'a mandatée. En fait, les seules réunions auxquelles j'ai participé (souvent en faisant partie de l'éxécutif, donc je ne suis pas totalement imberbe en la matière...) étaient des réunions d'associations ou de syndicat, régies par le Code Morin.

Je me suis donc présentée, munie de ma procuration et de mon «ordre du jour».

Celui-ci était constitué d'une liste de 48 «résolutions», suivies, à ma grande surprise, de 48 «décisions» ainsi libéllées : «Après délibération, l'Assemblée décide de...» Ainsi, avant même la réunion, le procès-verbal était presque rédigé et nous apprenions ce que nous avions décidé, après délibération. Il eût été plus réaliste de mettre «Après délibération/ engueulade/ empoignade/ combat général/ duel à l'épée/ tirs de bazooka (rayer la mention inutile), l'Assemblée décide que...»

Déjà, le Code Morin, on le sentait très loin...

Suivaient encore, pour chacune des résolutions, des documents «pertinents» genre : des instructions détaillées de la procédure d'inspection des ascenseurs prévue par chaque firme proposée pour la contre-expertise éventuellement demandée pour faire face au litige qui nous oppose avec le constructeur, ainsi que les schémas du câblage électrique complet des ascenseurs... On ne pouvait pas prétendre que nous n'avions pas tous les éléments d'information pour un vote éclairé!

Bref, les documents envoyés faisaient en tout une brique d'environ 300 pages. Recto-verso. Envoyée par la poste individuellement dans chacune des boîtes à lettre d'un même immeuble (je rappelle qu'il s'agit de co-propriétaires) au coût de 8 euros (environ 12$) l'unité, à la centaine de co-propriétaires. Qui entreront dans le budget des frais généraux de co-propriété, bien sûr.

La réunion est prévue pour 18h. À l'heure dite, j'arrive à la salle de réunion, munie d'une bouteille d'eau et d'un énorme muffin aux carottes, le lunch classique d'Air Transit, qui bouche une tripe quand on a une fringale et qu'on va sauter un repas. Je n'oublie pas non plus mon Sudoku. Et des kleenex à profusion car n'oublions pas, j'ai le rhume.

Pas grand monde encore, mais peu à peu ça arrive. Bientôt, tout un tas de totos totaux inconnus se retrouve dans le hall, à discuter. Je guette un moment les jeux de coulisses dans l'espoir de surprendre des gros mots, des batailles etc. Peine perdue, je ne vois que des poignées de main et des murmures polis. Je rentre m'assoir pour jouer au Sudoku. Je m'installe au dernier rang, près de la porte de sortie. Au cas où.

19h. Au bout d'une heure, nous en sommes à la résolution 3.

19h30, nous commençons la résolution 5. Attention, je sens que ça va barder!!! Il s'agit d'une proposition pour changer de Syndic.

(Note explicative : le Syndic est une entreprise spécialisée dans la gestion d'immeuble. Ses représentants assistent aussi aux réunions de co-proprirétaires, quand ils ne la président pas. Ils sont installés à la table en avant, avec un micro pour pouvoir interrompre la présidente élue du conseil syndical des co-propriétaires quand il le veut.)

Monsieur Syndic explique donc qu'il a été obligé par la loi d'inscrire à l'ordre du jour la résolution #5 pour changer le Syndic, résolution apportée par un seul co-propriétaire venimeux. Ici, la présidente du conseil réussi à glisser que c'est le conseil syndical qui a apporté cette résolution. Monsieur Syndic continue son plaidoyer larmoyant et se dit choqué de la demande, proteste de sa bonne foi et finalement accepte de laisser parler la présidente.

Une autre firme de Syndic a été proposée, pour donner un choix à l'assemblée. Les co-propriétaires votent à l'unanimité de laisser entrer son représentant pour l'entendre. Heureusement, sinon Monsieur Syndic se serait retranché derrière les Procédures pour refuser.

Suit la présentation du Postulant.

La présidente propose ensuite que les deux représentants sortent pour que nous puissions discuter entre nous quelques minutes. Monsieur Syndic, indigné, demande le vote. La décision est unanime : «Barre toi, Monsieur Syndic». Monsieur Syndic, de mauvaise grâce, précise que même si la Loi et les Procédures l'autorisent à refuser de sortir, il accepte de sortir. Il est Bon. Ils sortent donc tous les deux dans le Hall.

Je suis un peu inquiète : vont-ils se battre??? Le survivant va-t-il rentrer, sanguignolant mais victorieux, prendre en main les Destinées de notre Immeuble???

Pendant que le Drame se joue dehors, nous discutons chaudement. Le vent semble être en faveur de Monsieur Postulant lorsqu'un membre de l'Assemblée fait remarquer que la tête de Monsieur Postulant ne lui revient pas : en effet, chaque fois qu'on lui posait une question, il fronçait les sourcils!!! Cet élément nouveau fait l'effet d'un raz-de-marée. Je sens que c'en est fait de la crédibilité de Monsieur Postulant qui pourtant, m'avait laissé une bonne impression. Il faut dire que j'étais assise en arrière et que je suis trop myope pour discerner un froncement de sourcil révélateur!

Bref, après avoir passé 1h30 sur le point 5, nous sommes enfin prêts à passer au vote!

Mais nous ne sommes pas au bout de nos peines. La procédure de vote à elle seule dure une heure!!!

Procédure de vote :
À l'inscription, on nous a donné une feuille d'étiquettes auto-collantes avec notre nom (allô le vote secret!!!) et le quantième de notre co-propriété, en cent-millième de part. Le poids du vote de chacun est déterminé par cette fraction. Plus on est riche, plus on a de poids. Et certains sont mandatés par d'autres pour voter à leur place. Donc un vote à main levée est exclu.

«Allons-nous reconduire le mandat du Syndic de Monsieur Syndic?» Nous inscrivons sur une des étiquettes le numéro de la résolution, et nous inscrivons OUI, NON, ou ABSTENTION. Des responsables passent dans les allées avec des cartons de couleur pour y coller les étiquettes NON uniquement. Monsieur Syndic passe aussi, et regarde avec des gros yeux tous les co-propriétaires qui votent «NON».

Les cartons retournent en avant et on lit à haute voix les noms des monsieurs et des madames qui ont voté non, en demandant si on n'a oublié personne.

Même chose ensuite pour les abstentions. Mais à ma grande surprise, les «oui» ne sont pas ramassés. Malheur à celui qui est parti faire pipi au moment du vote! Il a voté «oui» par défaut!

Le vote est serré et confus. Il y a erreur car il y a un nom d'étiquette sur les cartons qui ne correspond à personne apparamment. Mais les procédures interdisent de reprendre le vote à moins d'une décision de l'Assemblée. On décide donc de voter sur cette question : «Qui est contre le fait de reprendre le vote?» Euh???... Un genre de flottement plane sur l'assemblée, qui se regarde sans trop savoir si on doit lever la main ou non.

Lorsque tout est clair, que le vote est repris, on procède au comptage des voix. Il faut additionner les quantièmes de chaque voix, ce qui est un peu laborieux.

Puisque la résolution a été rejetée (au grand dépit de Monsieur Syndic), on doit maintenant procéder au vote sur la résolution 5b : acceptons-nous Monsieur Postulant comme nouveau Syndic? Nous recommençons la procédure. Résultat : oui, mais à majorité simple, alors que, selon Monsieur Syndic, il nous faut la majorité absolue. Nous devons refaire l'exercice une troisième fois avec une résolution 5c, rédigée par Monsieur Syndic, et qui, curieusement, ne requière que la majorité simple. Monsieur Syndic est donc reconduit, à sa grande satisfaction.

Fin de la procédure de vote.

Il est maintenant 22h, et nous pouvons passer à la résolution #6, après quatre heures de délibérations.

Au fil des résolutions, je me rends compte que le concept d'«amendement» semble totalement inconnu. Ainsi que le fait de prendre une proposition au moment de l'Assemblée. C'est sûr qu'avec 45 «résolutions», on n'est déjà pas sortis de l'auberge, mais tout de même, ça éviterait de voter sur des résolutions qui, au vu des discussions ou éléments nouveaux apportés, apparaissent comme désuètes.

Vers 23h, au point 13 (sur 48), moi-même et mes kleenex en avons plein notre cass'. La plupart des points suivants concernent des chicanes de voisins, des litiges impliquant l'autre face de l'immeuble et des détails sans grand intérêt pour moi.

Je quitte donc discrètement la salle et je me barre pour aller me coucher.

Vers 02h du matin, je me réveille en sursaut et je me rends compte qu'avec leur procédure de vote, puisque je suis partie et qu'ils ne comptent que les NONS et les ABSTENTIONS, j'ai en fait, par mon départ, voté OUI aux 35 résolutions suivantes!!!

Vive la démocratie!

14 commentaires:

sudoku a dit...

-

Comme quoi, le sudoku reste un classique contre l'ennui !

-

Mireille a dit...

Ouais, moi j'ai été copropriétaire à Montréal, on était 8 seulement, et c'était l'enfer à chaque fois, ça durait 3-4 heures! Épuisant pas mal...mais ouf, en France, ça bat tous les records! :(

France a dit...

Mais que diantre allait-elle faire dans cette galère?!?

Anonyme a dit...

Ce billet traduit exactement le cauchemar que je croyais vivre à nos premières rencontres de condo ici! Fort heureusement: ce n'est pas le cas. Tout est mené rondement, ça dure au maximum une heure et demie.

Par contre; les petits comités avant (ça discute en tite gang durant des jours avant), et la verrée (boire un verre après la réunion); ça ça peut durer des heures!!!!

Mais j'ai le choix de ne pas y participer.

julie70 a dit...

il parait qu'au parlement ils font cela souvent! sans blague du tout

c'est toujours si agréable de te lire!

Shandara a dit...

J'aime être locataire finalement ! ;P

Francois et fier de l'Être a dit...

L'important c'est de participer. Le pire dans l'histoire c'est que vous ayez fait appel au syndic pour organiser votre réunion et devrez donc "payer" l'envoi des documents.

jocelyncharles a dit...

bonjour
pas mal comme article
je reviendrais

Anonyme a dit...

Je demande la question préalable!

coyote des neiges a dit...

...et avec votre esprit!

Denis a dit...

"je ne suis pas totalement imberbe en la matière". Dois-je entendre par la que tu as un peu de poil sur le menton? Ou alors te serais-tu trompé de mot?
Bises :-{D

coyote des neiges a dit...

Je suis contente que quelqu'un ait relevé l'expression (qui n'est pas de moi mais d'un de mes anciens patrons et qui est entrée dans mes expressions favorites!!!)

ritadaphné a dit...

Oh....Je croyais coyote de LA REUNION endormie sur son sudoku!..
Que j'ai terminé d'ailleurs...

coyote des neiges a dit...

Oui j'avoue que je ne suis pas trop là ces temps-ci... de retour au Québec et plein de boulot avant mon retour en France!
(super ton jeu de mot!!! Faudra que je le plogue quelque part!!!)