dimanche 14 janvier 2007

Retour!

Quand on prend l’avion, on entend toujours à l’intercom une annonce : «le passager Untel est prié de se rendre de toute urgence à la porte numéro A5».
Et on pense, avec un brin de condescendance ou d’agacement, que le passager Untel est vraiment un crétin fini.

Aujourd’hui, le passager Untel c’était moi.

Mon avion partait à 11h20.

Devisant tranquillement avec belle-mama à l’aéroport où nous sommes arrivées bien avant l’heure, je m’étais mise en queue vers 10h45, bien en avance. Oui, c’était bien un peu long mais quoi, j’avais bien le temps!

Dans la queue, je semble entendre «gngngng porte A5» par les haut-parleurs. J’interroge mon voisin de queue arrière, qui n’a pas fait attention, puis ma voisine de queue avant, qui ne parle pas français. Bof. Pas la peine de s’énerver…

Quelques minutes plus tard, j’entends distinctement : «La passagère Coyote des neiges est priée de se rendre de toute urgence à la porte A5»

Mais… c’est moi, ça!!!

Je m’exclame tout haut, je bouscule ma voisine d’en avant, puis la personne en avant d'elle, puis l’autre encore, jusqu’à ce que je me retrouve à la barrière de sécurité, en bredouillant «On m’appelle!»

Je dois tout de même enlever mes bottes, mais cette fois, je ne prends pas la peine de mettre les petites pantoufles rigolotes en plastoque bleu.

Je pose pêle-mêle dans le petit bac de plastoque gris mon manteau, mes bottes, ma banane, mon pack-sac vert… et je galope au travers du portail de désintégration sans égards pour le Monsieur-qui-doit repasser-cinq fois-parce-qu’il-sonne-sans-cesse.

Je le laisse donc enlever sa boucle de ceinture et je passe. Je ne sonne pas, ma quincaillerie est toute dans le bac gris.

Par contre, dans le pack-sac vert, il y avait mon ordi, qu’il faut normalement sortir du pack-sac. Je m’exécute mais je dois repasser le tout par le tapis roulant, en arrière du Portail Maudit.
Zou, ce n’est pas une traînerie, au grand dam du Monsieur-qui-sonne et qui, ayant fini de retirer ses bretelles, s’apprêtait à repasser.

Enfin, je m’apprête à partir quand le douanier me dit que je dois boire le contenu de ma bouteille d’eau avant de l’abandonner. Docile, je prends une gorgée (je suppose qu’il voulait savoir si c’était de la nitroglycérine) puis j’abandonne à son sort la bouteille, j’empoigne mon manteau, mon pack-sac, mon passeport et mon billet d’avion et je cours vers la porte numéro A5.

Les agents de la porte A5 m’accueillent à bras ouverts raccourcis!

Le dernier autobus (oui, on doit prendre l’autobus pour traverser la piste et se rendre à l’avion) ferme ses portes et part.

Sans moi.

L’agente me dit : «c’est bon, il y en a un autre qui arrive»… Ouf! J’entre dans l’autobus vide.

Puis, j’ai eu le réflexe cellulaire. Je porte machinalement ma main à ma poche de cellulaire dans le but d’envoyer un dernier message…

Coup de théatre!

J’ai pas ma banane!!!

Je l’ai laissée à la sécurité et dans ma hâte, j’ai oublié de la ramasser!

Je sors de l’autobus (toujours vide) juste avant qu’il ne ferme ses portes et je dis : «j’ai oublié ma banane!!! Gardez-moi ça!»
Oui, car pour galoper plus vite, je jette à terre à leurs pieds mon manteau et mon pack-sac vert et je cours à la barrière de sécurité pour essayer de trouver ma banane.

Une agente est justement en train de la fouiller. Je dis : «c’est à moi, c’est à moi!!!»

De bonne grâce elle me la tend (heureusement qu’elle ne m’a pas demandé mes identités car mon passeport était resté dans ma poche de manteau et mes autres cartes dans ma banane…).

Enfin, je retourne à l’autobus (qui m’attendait car il était vide) avec tous mes morceaux, avec l’air d’une véritable super-crétine, en jetant même un regard vers mes pieds pour m’assurer que je n’avais pas oublié mes bottes à la sécurité, sait-on jamais…

Et en moins de deux, nous arrivons à l’avion (moi et le chauffeur d’autobus, où je dois m’assurer que mon cellulaire est bien fermé…

Alors Julie, Claire, Marcel… et tous les autres que j’aurais voulu appeler avant de partir… PAAAAARDON!!!

Le reste du voyage s’est fait sans incident notoire…


bébés qui braillent
Vidéo envoyée par coyotedesneiges


(vidéo de bébés qui braillent)

La routine habituelle, quoi!

11 commentaires:

mumu17 a dit...

ahahahah !!! Tu m'as bien fait rire !! Quand tu m'as envoyé un message en me disant "j'ai fallit râter l'avion!!" je ne m'imaginais pas toutes tes mésaventures !!! Enfin bon, tu es bien arrivée !! A bientôt avec un camion d'huîtres !!! Bisous de Marennes !

Shandara a dit...

hahahaaa !! Je me suis toujours demandée ce qu'ils avaient fait ces gens qu'on appelait ! Maintenant, grâce à toi, je vais me coucher moins idiote lol ;)

Denis LAGARDE a dit...

Mais tu étais dans la bonne queue depuis le début au moins?
;-{)

coyote des neiges a dit...

Denis : Je n'étais pas dans la queue du tout, en fait, je me suis mise en queue trop tard, c'est tout!

Shandara : attends quand ce sera ton tour de te faire appeler! La Honte!

Mumu : j'ai envoyé discrètement, juste avant le décollage, un petit sms rapide, ensuite il a fallu que je coupe mon cellulaire!

Mireille a dit...

Je savais vraiment pas qu'on appelait les retardataires comme ça....j'en apprends! ;)

Il faut dire que moi, quand je prends l'avion, comme je suis sourde (pauvre petite handicapée), je passe avant tout le monde!

Anonyme a dit...

Moi je savais car notre première traversé, on traînaient à Genève dans l'aéroport et on nous appelaient sauf qu'on comprends rien de ce qu'ils disent dans ces foutus hauts parleurs! On avaient eu droits à de gros yeux... et à une tite voiture pour rejoindre l'avion en cata!

Ce qui n'a rien à voir avec ton marathon, ouf... j'étais déjà épuisée avant que tu te rendes compte que t'avais pas ta banane!!!!

coyote des neiges a dit...

Bon, j'avoue que l'aéroport Charles de Gaulle, au terminal T-3, c'est grand comme ma main, il n'y a pas 50 mètres entre la barrière de sécurité et la porte pour les autobus...
Je suis d'autant plus impardonnable d'avoir trouvé le moyen d'arriver en retard...

Perlethorens a dit...

Heureuse que tu sois bien arrivée.
Un peu plus, et tu restais chez nous ! Mais que disait belle Mama pendant tes péripéties ??

coyote des neiges a dit...

Rien, car je l'ai quittée sereinement avant de passer la barrière de sécurité...
Elle est donc repartie avec le sentiment du devoir accompli!

Filomène a dit...

Ben didon c'est sportif de prendre l'avion j'aurais pas cru!
Arriver dans l'avion presque déhabillée le manteau à droite les affaires à gauche, les bottes sous le bras, la prochaine fois attend l'été ce sra moins compliqué !

Anonyme a dit...

Quel plaisir de lire les péripéties d'une québécoise à Paris. Je mange aussi mon chips au bacon, chaque fois que je reviens en France. Nous devrions en exporter!!

Bonne continuation..

Une québécoise parmis tant d'autres