jeudi 17 mars 2005

On épate les Français, à coups de 4 litres

Il paraît que le Français moyen est épaté par le fait que tout char normalement constitué au Québec se doit de transporter son bidon de 4 litres de lave-vitre (appelé «lave-glace» par là-bas) dans le coffre. Le Français moyen (du moins le mien) a compris, au bout de quelques km de ballade dans la sloche sur la grande route...


Le bidon de 4 litres de crème glacée fait aussi son petit effet sur mon Français (qui n'a finalement rien de moyen), et qui est un grand amateur de «glace», comme il dit...


Les poches de plastique de 4 litres de lait provoquent chez le Français moyen un délire d'incrédulité. Il s'agit en fait d'un sac contenant 3 poches de 1,33 litres chacun, donc un 4 litres. Chaque foyer québécois possède le petit pot de plastique fait exprès pour contenir une de ces poches...


Par contre, là où j'ai eu moins de succès, c'est quand j'ai voulu lui offrir un petit verre de vin, à partir de mon Vinier, sorte de bidon de 4 litres de vin pourri...



9 commentaires:

coyote des neiges a dit...

NE REGARDEZ PAS!!!

Je suis en train de préparer un post, mais merde, je n'arrive plus à éditer, criss de blogger à marde, j'essaie de rentrer dans edit, ça veut pas... Pis là chu pognée avec des photos en double, qui ne veulent rien dire sans le spirituel commentaire que je voulais faire!!!!

coyote des neiges a dit...

Ok, vous pouvez regarder, c'est prêt!!!

Pffffft...

Yo a dit...

Du lait Québon. Aha... Ahaha...
AhahAHAHAHAHAHA... hum bon.
N'empêche du lait Quépasibon, ça aurait été une grave faute marketing. En plus le Quépasibec ça existe même pas alors...

Tagmata a dit...

Cela ma rappelle l'histoire de ce boulanger français qui avait appelé sa boulangerie "Au pain dégueulasse". Ce qu'il faut savoir, c'est que cette personne était artisan-boulager. C'est à dire qu'il pétrissait lui-même sa pâte et faisait lui-même son pain. C'est en quelque sorte sa manière de dire merde aux boulangeries industrielles qui souvent se nomment... "Au bon pain". Les clients de ce boulanger appréciaient d'ailleurs autant son bon pain que son enseigne. C'est vrai que le pain industriel est dégueulasse.

julie70 a dit...

Les gens de Blogger ont des graves problèmes, d'où les difficultés de poster pour le moment. Il parait que c'est passager et jamais il ne se reproduira pas. Espérons-le.

TheCyberSeb a dit...

Et bien, le minimum au Québec c'est 4 kgs / 4 litres :P à en croire ton billet :)

viejita a dit...

mdr, c'est vrai que j'ai halluciné exactement sur les mêmes trucs de mon québécois moyen! Je suis une vraie française de base. Ca pimente le couple de tels émerveillements =)

Charlotte a dit...

le lait "Québon" ça me fait penser au gyneco à Caen qui s'apelle Braquemart (je vous juuuuure), au notaire de mon père qui s'apelle Maitre Filou et son banquier qui s'apelle M. Potdevin, ça ne s'invente pas.... hi hi hi

Fredesk a dit...

Z'ont dû améliorer leurs méthodes. Le pain industriel me semble délicieux (sauf quand on trouve un morceau de sac brun ou de poche de jute au milieu en y tartinant du beurre de pinotte).