vendredi 4 novembre 2005

L'addition, s'il vous plaît!

Un sujet qui semble ennuyer les Français (du moins qui ennuie mon Chéri), c'est celui des additions à la fin d'un repas au resto. Les additions du Québec. Deux débats font rage : le principe de l'addition unique par tablée et celui des taxes et pourboire.

Dans les restaurants du Québec, puisqu'on est considérés comme des individus adultes et responsables, par défaut, chacun a droit à son addition. À moins de préciser autrement. On mange donc ce qu'on veut, ou ce qu'on peut se payer, et à la fin, on prend ses responsabilités. TPS, TVQ, pourboire... Oui, il y a quelques subtilités dont on doit tenir compte, mais quand c'est assimilé, c'est facile :
  • La TPS est à 7% et s'applique sur le total de la facture;
  • La TVQ à 7,5% s'applique sur le total de la facture incluant la TPS;
  • Le pourboire peut être mis sur la carte de crédit et est à la discrétion des gens. Habituellement 15% de la facture avant taxes. Si on additionne les deux taxes, on obtient environ 15%, comme c'est pratique!
En passant, faisons un petit apparté pour expliquer la situation de l'alcool servi dans les restaurants. L'alcool vendu à la SAQ (Société des Alcools du Québec) est taxée presque autant que l'essence. Si cet alcool est déstiné à la revente (restauration, bar etc) l'alcool doit en plus être «étiqueté» donc on y ajoute une surtaxe que doit payer le restaurateur. Celui-ci revend donc son alcool aux consommateurs, et qui est taxé au même taux que la TPS et la TVQ, donc un total de 15%. L'alcool est aussi, en plus d'être taxé, pourboiré. Le consommateur paie donc 15% du prix de l'alcool à la personne qui le lui a servi. Celle-ci doit obligatoirement déclarer ses revenus de pourboires sur sa déclaration d'impôt. Elle doit donc payer des impôts sur ce pourboire. Et le ministre des Finances peut se vanter d'avoir ainsi inventé le mouvement perpétuel... Ça fait quand même moins mal au coeur de payer au provincial qu'au fédéral, c'est déjà ça de moins qui servira à financer la promotion d'un CANADA FORT dans un Québec servile.

Mais revenons à nos moutons.

En France, prétendent les Français, c'est tellement mieux (on le saura!).

Parce qu'il paraît qu'en France, il y a une addition par tablée. Point. Et en France, c'est tellement plus simple : taxes et pourboires sont sur le prix du menu. C'est juste dommage qu'il n'y ait pas deux prix pour le même plat : un au prix normal pour un bon service, et un à 15% de rabais mais servi par un serveur grognon. Non, il n'y a qu'un seul prix : normal avec serveur grognon.

Mais une seule addition pour la tablée... En couple, en trio ou en orgie communautaire, c'est tout du pareil au même. Vous êtes ensemble, alors vous vous organiserez. Ce qui peut occasionner à la fin du repas des flottements hésitants, des sorties plus ou moins discrètes de calculatrice, et parfois même quelques engueulades bien senties.

Bref, beaucoup plus simple pour le restaurateur, mais combien plus complexe pour les clients.

Ce qui n'était au départ qu'une simple addition devient une division proportionnelle à fractale décomposée («j'ai payé la dernière fois», «oui mais j'ai pas pris de vin», «par contre ton foie gras...» , «et la fois d'avant tu avais oublié ton portefeuille», «et puis c'est toi qui ramene le doggy bag», «oui mais tu as tes enfants avec toi»...)

Remarquez que j'emploie le conditionnel car personnellement, je ne sais pas si c'est vraiment comme ça que ça se passe en France, puisque c'est mon Chéri qui prend l'addition quand nous sommes là-bas. Mais quand je reviens au Québec, je suis ma propre femme, autonome et indépendante. Alors quand il est en voyage au Québec, il doit se battre pour continuer à se faire croire qu'il est un homme pourvoyeur et tenter d'attraper ma facture avant qu'elle n'arrive à moi... Et en plus, faudrait que je calcule pour lui le pourboire à laisser...

Non, croyez-moi, tant va la cruche à l'eau que cheval n'amasse pas bride, à chacun selon ses capacités et les vaches seront bien gardées! Mais puisque qui prend pays prend chéri... «Dis, Chouchou, tu m'amènes au restoooooo???»

18 commentaires:

Anonyme a dit...

d'la marde!

coyote des neiges a dit...

Bon, de toute façon, Chéri m'aurait amenée au MacDo...

RJF a dit...

T'oublies de mentionner pour l'édification de nos cousins d'outremer qu'il y a de plus en plus de restaurants qui permettent (et même encouragent) les clients à apporter leur propre bouteille.

Anonyme a dit...

En France, il n'y a pas de doggy bag..c'est tellement bon qu'on mage tout :-))

coyote des neiges a dit...

Tu veux dire que les portions sont tellement petites qu'on n'a pas le choix de tout manger...

Beo a dit...

ça me rappelle notre premier resto au Québec après 2 ans en Suisse pour moi. Oublié la notion de pourboire mais surtout: tellement mal à l'aise de compter notre petite monnaie ( ben oui faut bien la passer ) aussi discrètement qu'en Suisse! J'avais honte... de ce qui est normal et accepté ici! M'enfin!

Pour les prix uniques... ça je suis moins d'accord tellement les tenanciers de restos etc: ajustent les prix à leur convenance. Le même coca peut avoir 10 prix différents à 5 km carré! Tssssss!

Michèle a dit...

Ici en Belgique : une addition par tablée, un doggy bag si on le demande (c'est parfois tellement copieux) et il serait mal venu d'apporter sa bouteille !!! Aucune taxe en plus, tout est compris !!! Par contre, il est habituel que ce soit l'homme qui goûte le vin et qui paie : j'inverse les rôles puique mon chéri n'a jamais d'argent sur lui (c'est moi qui ai tout piqué) et qu'il boit de l'eau (le vin, c'est moi aussi !)

Denis LAGARDE a dit...

J'ai la chance que dans mes tablées ce sont toujours ceux qui consomment le moins qui rechignent à faire une addition par tablée et demande à payer leur dû seul. Alors on leur dit : "mais non, on divise tout simplement". Et ça se termine là.
Je vous rappèle qu'à Paris, il est possible de manger beaucoup, bon et pas cher.

simeric a dit...

Coyote, je confirme, le système français est beaucoup plus simple, ce n'est pas une question de déresponsabilisation, c'est une question de convivialité. Je n'ai jamais connu de problèmes de partage au resto, sinon, j'aurais changé d'ami...
Denis : tu as bien de la chance de bien manger pour pas cher à Paris, c'est quand même une ville où le rapport qualité/pris pour la nourriture est rarement intéressant, par rapport à Lyon ou de nombreuses villes de province.

coyote des neiges a dit...

@ Simeric : les problèmes doivent commencer quand des collègues vont dîner ensemble et que parmi eux il y en a qui ont moins de moyens que d'autres... Quand tu manges une salade parce que tu n'as pas les moyens de manger du foie gras, c'est un peu frustrant de se faire dire «Mais non, on divise tout simplement» par ceux qui se sont empiffrés.

Beo a dit...

Mais coyote: on divise selon nos consommations et non selon le total de la facture... tk en Suisse c'est comme ça!

Anonyme a dit...

Pas d'accord vec Simeric et totalement d'accord avec Coyote : le principe du "on partage" n'est pas convivial du tout pour les gens fauchés. Moi qui l'ai été longtemps et qui en plus ne bois pas de vin, je finissais par ne plus aller au restau car je ne pouvais pas payer. C'est rare qu'on divise selon les consommations car effectivement ca donne des calculs pas possibles et le serveur fait une tete d'enterrement (mais c'est pas grave, le service est compris!)
Ce qui prouve que d'un cote, Coyote a raison, mais que d'un autre elle se trompe : les Francais ne disent pas toujours que c'est mieux en France...
Aurelie au Canada
http:\\aurelie-au-canada.over-blog.com

Beo a dit...

HIhihihi Aurélie!

Moi pour finir je préfère comme en Suisse. Le temps que le serveur se pointe pour prendre son dû, on a largement le temps de calculer ce qu'on doit mettre dans la cagnote. Faut dire que je vais plus au resto, les midis au boulot et qu'on calcule fatalement ce qu'on doit en plus sur le montant alloué au départ par la boîte.

Waalka a dit...

Il y a de très bons restos au Québec et côté qualité/ptix, ça bas Paris! J'ai pas trouvé à bien manger pour pas cher quand j'y suis allée...mais il est vrai que c'était il y a longtemps.

Je préfère vraiment que chacun paye sa facture, c'est tellement moins compliqué en groupe surtout. Sinon, c'est vraiment pas bien pour tout le monde. Je serais pas allée souvent manger avec des copains s'il avait fallu séparé également, parce que j'avais pas trop d'argent et je prenais vraiment le moins cher, sans alcool.

En tout cas, moi je préfère comment ça se passe ici! :)

Francois et fier de l'Être a dit...

N'oublions pas la notion la plus couremment employé en France, celle du "Menu". Vous savez d'avance combien vous allez payer et vous pouvez partagerl'addition à quelques euros prés : Un menu à 10 euros pour les faibles moyens (5 chez McDo) ou 15 ou 20 ect...Et reste à partager le "Sur-Pourboire" c'est le pourboire destiné à la jolie serveur ou au garçon sympa. Il vient en sus du pourboire serveur grognon (en général, il correspond à un arrondi à l'euro supérieur pour un café( pour un café d'1,2 euros vous laissez 1,5 ou 2 euros selon vos moyens pour un menu à 32 euros vous laissez de 35 à 40 euros etc...

Du moins c'est comme cela que je fais.

Tagmata a dit...

Je ne vais pas souvent au restaurent à plusieurs. Ce n'est pas que je n'ai pas d'amis, mais je préfère dîner à la maison quand on est nombreux.
Bref, tout ça pour dire qu'une fois je suis allé au resto avec des amis. Ceux-ci ont pris de l'alcool (moi je n'en bois pas). Nous avons partagé l'addition (je n'ai rien dit pour ne pas passer pour un radin).Résultat, ma note de 15€ est montée à 30€...
Depuis ce jour, je vais au resto tout seul ou en couple... :p

coyote des neiges a dit...

@ Tagmata : le problème c'est que c'est pas clair c'est qui le radin : d'après moi ce serait plutôt ceux qui se goinfrent et qui font payer leur note par ceux qui sont plus modérés...

Finalement, ça fait l'affaire des restos puisque pour éviter de passer pour le radin, mais pour en avoir pour son argent, tous les convives vont tenter de manger pour plus que la moyenne de la tablée pour sortir gagnant dans l'addition...

C'est pour ça que si, PAR DÉFAUT, chacun a son addition, il n'y en a plus, de problèmes!

Fredesk a dit...

Mais... comme me disait un Français récemment : pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué !!! ^^