jeudi 9 février 2006

Allons chez le dentiste

Le propre d'un dentiste est l'utilisation abusive du participe présent. «En tournant un peu vers moi», «En ouvrant grand la bouche», «En se penchant vers l'arrière»...

Une visite chez le dentiste est synonyme d'inconfort. Rien à redire sur le fauteuil, habituellement d'une qualité exceptionnelle. Un piton permet d'incliner, de baisser, de monter le siège ou le dossier à volonté. L'ennui c'est qu'il ne s'agit pas de votre volonté à vous. Vous risquez donc de vous retrouver la tête légèrement plus bas que le reste du corps, avec une grosse 500 Watts dans la face et des pantoufles de phentex aux pieds.

(Les pantoufles, c'est seulement en hiver, le symbole de l'hospitalité, appliqué aux salles d'attente des cabinets de médecins, dentistes, notaires, et autre professions libérales qui ne veulent pas salir leurs planchers!)

Le déroulement des opérations se fait habituellement comme suit :
  • Le dentiste masqué (non, ce n'est pas un superhéros) vous envoie un petit jet d'air dans la bouche avec un pistolet à air comprimé.
  • Il observe tout le contenu buccal en commentant ce qu'il voit.
  • Il gratte un peu avec un petit crochet.
À date, c'est pas si mal. Puis, il sort l'artillerie lourde!
  • Il passe le «grinder» sur vos dents.
  • Il passe la zamboni sur vos dents.
Ces deux étapes sont terrifiantes. Le bruit de scie sauteuse, les petites gouttes qui revolent dans votre nez, l'odeur de tartre fétide, la salive qui s'accumule dans le gorgotton malgré le tuyau d'aspirateur que vous passe l'assistante avec application au fond de votre gorge, les dents qui nous sèchent dans les gencives... tout ça fait de la visite chez le dentiste une expérience inoubliable. Littéralement.

Sous la torture, vous ne devez pas broncher, en théorie. Comment protester quand vous avez la gueule bien arrimée par les doigts gantés du bourreau???

On peut exprimer notre inconfort sous forme de froncements de sourcils réprobateurs, de plissements de nez indignés, de croisements et décroisements successifs de jambes, de grognements courroucés, de regards furibonds...

Mais le regard, justement, parlons-en! On regarde quoi, le plafond? La grosse lampe de 500 Watts? Le masque non pas de Zorro, mais du dentiste? On louche pour tenter d'apercevoir ce qui se passe dans notre bouche? Tout ça est bien dangereux quand on sait que le dentiste peut manipuler avec une dextérité toute relative plusieurs instruments dans la même main : quand on voit du coin de l'oeil l'extrémité du crochet se balader tout près tout près tout près, on a juste envie de fermer les yeux. D'ailleurs le dentiste ne se gêne pas pour le suggérer lui-même, s'il commence à être trop troublé par votre regard qui lance des poignards : «En fermant un peu les yeux», bien sûr, sous le prétexte qu'il pourrait y avoir des petits morceaux de dents qui risquent d'y atterrir.

Enfin, il vous relâche! Vous êtes maintenant libre de cracher votre indignation à la face du lavabo mis à la disposition des clients. «En crachant bien pour rincer la bouche»

Grâce aux petits gobelets de papier, on peut rincer à l'eau pour retirer tous ces petits mottons qui font gritch critch quand vous grincez des dents.

On passe enfin au dessert : le moule à dents rempli d'un gel au fluor verdâtre, qui goûte un peu la menthe. «En ouvrant bien grand» : On l'enfile dans sa bouche en espérant qu'aucune de nos connaissances ne vas passer par là. «En resserrant les dents pour que ça tienne bien». Au début, c'est bon, bien que ridicule. Ça ne fait pas mal, ça ne provoque pas ces petites décharges électriques propres aux gencives sensibles attaquées par les objets contondants rotatifs dont on a subi les assauts précédemment. Alors on est content d'être juste ridicule. Au bout de 30 secondes, on commence à en avoir un peu marre. La bave commence à vouloir dégouliner le long du menton, on essaie déséspérément de ne pas avaler ni de vomir, on saisit le kleenex que nous tend l'assistante hilare et on s'éponge les commissures.

Finalement, il faut extirper cet objet de la bouche. La technique est compliquée. Il faut aller au-dessus du lavabo, prendre le grand morceau d'essuie-tout (Sopalin) jumbo que nous tend l'assistante (encore elle) qui est écrasée de rire et qui se roule à terre, et «En ouvrant bien grand», tout tombe dedans : le plastoque, la gelée immonde, le filet de bave. Un haut-le-coeur accompagne généralement cette étape.

Mais enfin c'est fini!

Fini???

Pas tout à fait!

«En sortant votre carnet de chèque»
«En signant votre chèque»
«En vous souhaitant une bonne journée!»
«En n'oubliant pas de nous laisser les gougounnes en phentex et de remettre vos bottes!»

22 commentaires:

taupe a dit...

MDR t'as oublié de parler du moment où on poireaute dans la salle d'attente en anticipant tout le bordel... "Une petite revue en attendant, mademoiselle? On a des crayons à colorier aussi pour les enfants..."propose-t-elle aimablement...

Diane a dit...

C'est super bien décrit, ici dans mon coin, ils n'utilisent pas le moule à dents, il prend une petite fraise et nous met de la pâte directement sur les dents partout, partout. Tu oublies ensuite le petit cadeau: la brosse à dent identifiée au nom du dentiste et aussi en surplus pour les enfants un cadeau, une surprise supplémentaire, ça peut être un crayon, une efface, une balloune, une belle bague, etc...

Beo a dit...

Alors là... c'est digne de Gotlib! Bien simple: j'ai tout vu en BD. Lol!

France a dit...

Ah, ma pauvre! Tu t'es tapée la fraise, la scie, le bruiiit et le chèque de 3 épiceries! Reçois mes plus vifs sentiments de compassion - avec ton sourire maintenant étincelant! ;)#

choupinette a dit...

Chez nous, en plus les dentistes parlent beaucoup, nous posent des questions auxquelles ils savent qu'ils n'auront pas de réponses: pour cause;
comment va le petit dernier et vos vacances....
c'est ça le pire pour moi avec le bruit, mais qu'il arrête de parler

Gracianne a dit...

Quand je pense qu'il faut que je prenne rendez-vous...froid dans le dos que ca me fait tout ca...

waldo a dit...

une seule expression me vient à l'esprit : TELLEMENT VRAI !!! beurk beurk et rebeurk, j'ai eu droit au même châtiment que toi, j'en rêve encore !!!

Shantti a dit...

oh punaise!! j'ai RDV mercredi prochain!!:((
et le mien de dentiste (adorable au demeurant!!) a , je ne sais pas pourquoi pcq c'est super degueu et super ouaaark!!, un grand vase plein de liquide et de dents pourrites arrachées!! je jure! atroce!!
oh purée! j'ai bientot RDV!! c'est malin!!

coyote des neiges a dit...

shantti : je veux une photo du bocal de dents croupies!!! Tu me l'enverras!!!

waldo : mais je n'avais aucune carie!

gracianne : ce n'est qu'un long et horrible moment à passer...

choupinette : le mien porte un masque, alors il lui est aussi difficile de parler. Sauf les participes présents...

France : je suis une star aux dents blanches!

Béo : il y avait même la coccinelle qui prenait des notes pour moi!

Diane : je n'ai pas eu mon petit cadeau! C'est un scandale!

Taupe : j'amène toujours mon stock d'activités de bricolage pour les salles d'attente.

Caius a dit...

Bien vu tous ces désagréments chez le dentiste.

Peut-être faut-il essayer d'imaginer d'autres désagréments, lorsqu'il y a quelques dizaines d'années ces méchants tortionnaires n'éxistaient pas.

Lorsque les caries n'étant pas soignées, provoquaient des abscès purulents et des douleurs violentes.

Lorsqu'il fallait arracher les chicots avec des tenailles, sans anésthésie, et que l'on se retrouvait à moitié édenté, passé 40 ans, à ne plus pouvoir rien manger d'autre que de la soupe, ni sourire.

Beo a dit...

Diantre où vis tu Caius?

Caius a dit...

Je suis un gueux qui vit dans une hutte à cinq lieues de Paris, là où est notre bon Roi.

Waalka a dit...

Moi j'y ai eu droit deux fois les derniers mois...une fois avant Noël, et l'autre fois il y a quelques semaines à peine.

À Montréal, il n'y a pas de pantouffles en phentex, ce sont soit des pantouffles en papier qui sortent toujours des pieds, ou des machins informes en plastique cheap qui se défond le temps que tu les portes...

J'ai une dent qui a cassé!! L'enfer...Enfin, il me voit enfin, me gèle...et m'oublie là pendant presque 1 heure! Quand il revient, il me demande si je veux encore me faire geler! Non, non, il n'en est pas question! Pas deux fois!!!!

Alors, il regarde tout ça, et il me dit que j'aurais besoin d'une couronne, mais c'est hors de prix, et hors de question! Alors, il dit qu'il va me faire un genre de plombage (en fait, il a refait une partie de la dent, c'est quelque chose comme travail), mais qu'il ne sait pas combien de temps ça va tenir et que je vais éventuellement avoir besoin d'une couronne! Je te jure, quand je serai Reine, c'est sûr que je vais pouvoir me la payer la couronne!

Enfin, une heure de travail plus tard...en étant semi-gelée seulement, il finit...j'étais bien contente. Mais bon, la réceptionniste me demande: avez-vous une assurance ? Non, non, j'ai pas d'assurance...Elle me donne le prix SI j'avais l'assurance, et me donne le vrai prix! Enfin, c'est une différence d'environ $25.00, ça se prend quand même là...mais c'est cher en titi! Près de $ 300.00 pour le travail qu'il a fait!

Normalement, ça me dérange pas tant que ça les dentistes, ça dépend c'est qui. Je préfère les femmes, elles sont plus douces en général. Mais là...j'espère que ça va tenir ce machin-là le plus longtemps possible!

coyote des neiges a dit...

Waalka, je préfère la galette des rois pour obtenir une couronne!

Caïus : t'es un Versaillais??? Et ton trône, c'est une chaise percée, comme à l'époque?

Caius a dit...

Non, il y a belle lurette que le Roi n'est plus à Versailles.
Le Roi est à Paris, et ma hutte à cinq lieues, dans le Val de marne....

Musimasque a dit...

Très amusante exploration linguistico-dentaire ! Texte à récrire entièrement avec des dentales ???

Francois et fier de l'Être a dit...

Tu n'as pas de chance, tu as raté la piquouze anésthésiante. Elle te permet d'apprendre à parler petit négre pendant une demie-journée. C'est vachement pratique si tu as rendez-vous.

Papilles et Pupilles a dit...

ahhhhhhhh quelle horreur ! je m'y voyais tellement c'est vrai. Fallait que je prenne RV pour l'examen annuel, je vais attendre ..... ;)

coyote des neiges a dit...

Mais nooooooon! Il faut y aller tout de suite! Mieux avoir avoir ton rendez-vous dans le passé que de l'avoir dans l'avenir!!!
Au pire tu feras un post là-dessus!!!

Alexandre Y a dit...

C'est bien décrit et très drôle.
ça permet de voir comment le patient vie sa "demi-heure" sur le fauteuil... ;-)
Moi, je passe mes journées à 30-40 cm de ce fauteuil dentaire assis juste à côté... à la place du "bourreau"... je suis dentiste.
ça va peut-être vous intéresser de savoir ce que le dentiste ressent...
Beaucoup, beaucoup de stress
Le stress de son patient, le stress de tenir dans les mains des instruments qui passent constamment à 1mm de couper la langue ou la joue etc...
Chaque fois que le patient fronce les sourcils, on a un noeud à l'estomac car la sensation de douleur ou la peur sont contagieuses comme le baillement ou le rire des bêtisiers...
Merci Caius de nous avoir défendu ;-)
Hé... métier mal aimé mais heureusement que ça existe quand même hein...?!
Bonne journée à tous.

P.S. C'est Yannick Bertrand qui m'a parlé de cette note.

coyote des neiges a dit...

Aïe! La prochaine fois je vais essayer de rester zen!!!
Sans blague, je suis consciente de ce que Caïus nous a rappelé, et c'est pour ça que je visite mon dentiste régulièrement et que je n'ai jamais rien aux dents! Et puis c'est tellement gratifiant pour l'égo se faire dire qu'on a des dents superbe, que juste pour ça, ça vaut la peine d'y aller!!!
Merci de ton point de vue!!!

Yannick a dit...

Et oui c'est bien moi qui en ai parlé à Alexandre de cet article, je te lis régulièrement Coyote des neiges mais je prends pas spécialement toujours le temps de laisser un commentaire... C'est vrai que cette note est drôlement sympa!