jeudi 8 mars 2007

Prise de sang annuelle

Comme tous les ans, je prends mon rendez vous pour ma prise de sang au CLSC (centre local de services sociaux) de mon village. Et comme tous les ans, il fait mauvais temps...

Comment ça se fait QU'À TOUS LES ANS, JE ME RETROUVE OBLIGÉE D'ALLER AU VILLAGE À PIED??? C'est quand même à 3 km de chez moi...

Déjà, en 2005, je me suis fait copieusement engueulée parce que j'avais décidé d'y aller à pied (l'entrée n'était pas déblayée...)

Là c'est encore pire, je dois être à jeun en plus... Donc pas de petit susucre dans les poches.

La météo pour aujourd'hui dit :

Nuageux avec percées de soleil et 60 pour cent de probabilité d'averses de neige. Poudrerie par endroits. Vents du nord-ouest de 40 km/h avec rafales à 60. Maximum moins 16. Refroidissement éolien élevé de moins 35.


Mais elle dit aussi :

Température actuelle -25, facteur éolien de -36°


Voilà pourquoi le char partait pas! Donc après quelque «mmmmeuuuuu, meuuuuuuu, mmmmeuuuu» infructueux, j'ai décidé de prendre le taureau par les cornes, de laisser la batterie de mon char se reposer avant qu'elle ne rende l'âme et que le liquide à l'intérieur ne gèle complètement et d'y aller sur le pouce (en «stop», quoiiiii).

Alors j'ai vite enfilé un culotton (survêtement coupe-vent) sur mes jeans (sous lesquels il y avait déjà des culottes à grand-manches (sous-vêtement long), troqué mes bottes de ville pour des bottes Sorel moins élégantes mais plus adaptées, j'ai mis une bouteille d'eau dans ma poche intérieure de Kanuk (zone de confort 0 à -35 avec fourrure au capuchon), un muffin aux carottes dans la poche extérieure (pour le retour puisque je dois être à jeun), j'attache les chiens pour ne pas qu'ils me suivent et go, je pars!

Avec ce temps, le premier machin qui va passer, que ce soit un char, une charrue ou un tracteur, va s'arrêter, c'est sûr. Je me lance dans le rang, ça va bien, pas trop de vent. Pas de char non plus, donc je dois me rendre à pied au bout de la grande route à 1,5 km.

Rendue là, la poudrerie commence! Gros vent dans la face... Ça tombe bien, puisque mon ambition est de me faire embarquer sur le pouce, je marche alors dos au vent, à reculons, pour voir s'il n'y aurait pas un phare (un phare de char, pas un phare de mer, je ne suis pas sur un navire...) en vue au travers des tourbillons neigeux... Plus que 10 minutes avant mon rendez-vous!

J'ai le temps de passer une colline, toujours à reculons, avant qu'une auto ne se présente. Elle passe... et me dépasse! Je n'en crois pas mes yeux, ce n'est pas possible, je dois être dans un Univers Parallèle!!!

Mais non, elle ralentit et s'arrête (bin oui, la distance de freinage sur la glace est un peu plus longue que sur l'asphalte...). Mon univers se remet en place, je suis dans le Monde Normal. C'est tout de même éperdue de reconnaissance que j'embarque.

Il s'est arrêté parce que je faisais pitié et que je semblais avoir siiiiii froiiiiiid!!! (S'il savait qu'en réalité, parce que j'avais presque couru mon 1,5 km, j'avais chaaaaaud!!! Mais je ne l'ai pas détrompé, bien sûr!!!)

Le conducteur fume, mais je n'ai pas vraiment envie de faire la fine gueule... Je me vautrerais dans un cendrier s'il le fallait!!! Mon bienfaiteur me conduit droit au CLSC en 2 minutes! J'arrive pile à l'heure pour ma prise de sang!

Dans la salle d'attente, trois ou quatre ti-vieux attendent aussi leur tour en discutant du temps qu'il fait et de l'état des routes. «Entre Saint-Fin-Fond-du-Boutte pis icitte, ça passe biiiiiin juste! A fallu que je m'enligne entre deux bancs de neige pour savoir si j'étais sur la route ou pas!» «Ouais, pis dans le village, les bancs de neige sont tellement hauts qu'on voit pu les maisons!»

Exagération? Oooooh que non!
(maison à deux étages)


Jusqu'à la dame-qui-pique, originaire du village d'à côté, qui, tout en me piquant l'avant-bras, me raconte comment elle a réussi à se rendre...

Lorsqu'elle m'eût bien vidée de mon sang, je la remercie, et je me précipite sur mes poches de manteau pour trouver mon muffin aux carottes... La dame de la réception, qui m'a vue rentrer et qui sait que je suis venue à pied (comme chaque année...) m'offre une pomme sur laquelle je me précipite comme la misère sur le pauvre monde...

Pour rentrer, pas de panique, ya plus de presse... Je me planque simplement devant le CLSC pour attendre le premier char qui va passer, avec ma pomme déjà à moitié engloutie...

Je n'ai pas longtemps à attendre, le premier char qui passe s'arrête, comme prévu, dans mon Monde Normal....

Je débarque au coin de mon rang et de la grande route, déjà à l'abri du vent, un petit soleil s'est montré, je ne suis plus pressée, je termine rapidement ma pomme avant qu'elle ne tourne en popsicle.

Dans le rang, en marchant contre le banc de neige, on est bien à l'abri du vent...

Je jette mon trognon de pomme vers le bois où il fera le bonheur d'un animal quelconque et je peux poursuivre ma petite promenade en toute sérénité...

Si vous cherchez un reportage photo, vous pouvez regarder les photos d'il y a deux ans, et celles-ci, c'est à peu près pareil...

J'allais quand même pas sortir les mains de mes mitaines pour prendre mon appareil photo pour des photos qui sont toutes pareilles, non?

Sauf pour la dernière photo, où j'ai fait un effort, mais une batterie d'appareil photo, c'est comme une batterie de char : à -25°C ça flanche vite!

13 commentaires:

patou a dit...

He!!!! Coyotte, t'est sûre que c'est pas au pôle nord que tu habite.... :lol: Je ne sais plus qui a dit que d'eau que d'eau, chez toi je dois dire que de neige que de neige :lol:
As tu déjà remarqué que nos voitures, et ben c'est toujours avec nous qu'elle ont des problèmes de démarrage..... c'est toujours ce qu'il se passe pour moi ou la batterie est foutue ou un pneu crevé.
Patou

Mireille a dit...

POurquoi tu changes pas la date de ta prise de sang pour un autre moment, au printemps, par exemple! ;) 3 km à pieds, c'est quand même quelque chose...mais bon, il semble y avoir de bons samaritains dans ton coin.

Ici aussi, on a eu froid pas mal les derniers jours, mais ça se réchauffe. Et on a pas autant de neige, mais il y en a pas mal qui est restée depuis la dernière tempête, et comme la ville a pris tout son temps pour nettoyer et que ça a viré en glace, il y a encore de ben beaux bancs de neige!

Shandara a dit...

wow m'as-tu vu ce banc de neige, j'ai pas vu ça depuis mon départ du Nouveau-Brunswick en 91 !! On pourrait s'en faire des tunnels là-dedans lol !

coyote des neiges a dit...

Patou : oui, c'est normal que ce soit avec moi qui mon char a des problèmes puisque c'est mon char à moi... Et puis c'est pas sa faute, c'est la batterie qui est un peu paresseuse à -25...


Mireille : j'ai déjà remarqué que plus la concentration de population est faible, mieux ça pogne sur le pouce!


Shandara : je te cite Robert Charlebois (chanson «Demain l'hiver») : «je vous laisse les enfants qui se font manger par la souffleuse à quatre heures dans un fort top secret...»

liane a dit...

ou là là mais comment les habitants de cette maison à 2 étages sortent de chez eux ? quel périple! Normal que tu te sois précipité sur la pomme.

coyote des neiges a dit...

Liane : leur porte et leur balcon sont déblayés... les bancs de neige sont causés par la souffleuse qui déblaie soit la rue, soit leur entrée justement!

sara a dit...

Et ben, je ne suis pas sûre que j'aurais eu le courage de faire la même chose, surtout pour rencontrer une seringue(aïe!)
Il est très chouette ton blog, on s'y amuse bien!

chèvredescollines a dit...

¨Ca te tente pas des fois, de brancher ton auto ? Moi, c'est pas pour te faire ch... je ne le fais que quand la météo annonce des gros froid et je n'ai eu (en dix ans) qu'une panne de batterie: elle avait rendu l'âme ! Mais bon, ça fait une nouvelle aventure à raconter. Vous avez plus de neige que nous cette année, nous on n'a même pas fait déblayer la "couverture" (le toit) !

Pods a dit...

La solution est ici : http://www.ublog.com/pods/img/Ma_promise.jpg
ca permet d'avoir ton char au chaud tout le temps et de ne pas craindre le -25°
hihih un culotton, pourquoi pas une brassière blindé :-)

Beo a dit...

Ouin t'es courageuse... moi je changerais la date de cette prise de sang annuelle... elle peut se faire n'importe quand dans l'année non?

Ah les beaux bancs de neige, taillés à la souffleuse en plus; ça change de la petite neigette (oups: pas de Neigette lala..) de Montréal! Hihihihihihi!

coyote des neiges a dit...

Sara : Justement, pendant tout ce trajet, j'avais bien autre chose à penser qu'à ma piqure!

Chèvre des collines : j'ai pas de plogue sur mon châr!!!


Pods : Hahahahah! Excellent cette photo!

Béo : je ne pense pas à ça quand je prends mon rendez-vous en novembre... Jamais je croirai que l'an prochain je serai aussi malchanceuse!

tofsi a dit...

Ben t'a de la chance si dans ton monde normal les voitures s'arrête devant un auto-stoppeur, ici c'est pas le cas même en hivers avec la neige, le vent et le froid

coyote des neiges a dit...

C'est l'avantage de la campagne profonde... Les gens se disent «oh je la connais peut être, ça aurait l'air fou de ne pas arrêter...»
Ils ne peuvent pas trop savoir, en hiver surtout, avec le capuchon sur les yeux, la tuque enfoncée jusqu'au nez...
Et puis c'est peut être le voisin du beau-frère du cousin de...
Et puis les gens sont aussi simplement curieux!!!