vendredi 26 août 2005

Le débarbougant

Parmi les débats qui font rage entre les Français et les Québécois, il y a les traditionnels et trop galvaudés termes «parking vs stationnement», «stop vs arrêt», «fin de semaine vs weekend», «"la strap de la fan" vs "la courroie du ventilo"», «"pèse sul’break, osti!" vs "fous les freins bordel de merde!"» etc…

Mais s’il est une différence culturelle importante qui est trop souvent passée sous silence, c’est l’opposition entre les débarbouillettes et les gants de toilette.

Procédons d’abord aux définitions, pour bien connaître l’élément étudié.
  1. Débarbouillette : carré de ratine qui sert à se laver.

  2. Gant de toilette : rectangle de ratine cousu de façon à former une pochette qui sert à se laver.
Examinons maintenant quelques avantages et désavantages de chacun, histoire de bien comprendre son cousin.

La débarbouillette, avec son dessin très simple et ses formes épurées, permet de multiples usages. On peut, en plus de s’en servir pour se laver, la replier en trois pour obtenir la forme optimale qui permet de l’étendre sur son front, avec quelques glaçons insérés, lors d’un mal de tête.

Le gant n’a de gant que le nom puisqu’il n’a pas de doigts. L’avantage tactile d’un tel objet est donc perdu. On dit que sa forme particulière le rend ergonomique et procure une bonne tenue en main. Le Français moyen, en présence d’une débarbouillette, se demande comment se frotter avec sans l’échapper. Un truc : de la même façon que vous n’échappez pas votre papier de toilette (appelé par chez-vous : papier-cul).

Maintenant, chacun sera en mesure d’adopter le style qui lui convient, sans égard à sa culture de provenance.

La disponibilité des stocks locaux ne sera plus un problème, puisque pour seulement 6 paiements faciles de 29,99$ plus taxes, je vous envoie le gant désiré, ou la débarbouillette convoitée chez vous à la maison.

Frais de port non compris.

Et si vous avez par la suite quelque réclamation que ce soit, HÉSITEZ à m'en faire part. Il me fera un plaisir de vous ignorer.

22 commentaires:

Beo a dit...

J'ai quelques spécimens de gants de toilette.... inutiles dans mon cas, après quelques tentatives j'en voit aucun avantage sur la lingette... eh oui en Suisse on dit lingette pour désigner la débarbouillette ;)

Tagmata a dit...

Certains en France utilisent aussi des brosses de toilette. Amplement savonnées, elle parcourent toute l'étendue de votre corps pour le laisser tout propre et à vif.
Bon, bien sûr, ce n'et pas fait pour les douillets...

Vous avez ça aussi de par chez vous ?

coyote des neiges a dit...

@ Tagmata : Ah zut! Moi qui croyais que c'était un balai à caca!!!

Tagmata a dit...

Oups !
Il ne faut bien évidemment pas confondre la brosse qui sert A la toilette, avec la brosse DES toilettes.

Beo a dit...

Obnubilée par les balais à cacas notre Coyote ;-)

Anonyme a dit...
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blogue.
Anonyme a dit...

Je voulais juste te faire remarquer que le mot échapper (dans le sens de laisser tomber par terre, ref: ton texte sur les débarbouillettes), n'est pas connu des Français...
;)
Au plaisir,
Ephrem

Plastie and Cie a dit...

oui mais l'avantage du gant de toilette, qd t'as mal au casque, c'est que tu peux mettre un sac plastique (donc étanche) avec des glaçons dedans et que les glaçons ne glissent pas partout !!!

coyote des neiges a dit...

@ Plastie : Pour un bon transfert de chaleur entre la débarbouillette et le «casque», l'eau est le meilleur médium. Il faut donc idéalement garder la débarbouillette humide tout le temps que dure le mal de casque, et pour ça, des tests ont prouvé que le nombre optimal de glaçons à mettre est de 3. Ainsi, le taux d'évaporation de la débarbouillette s'équilibre exactement avec la fonte des glaçons, ce qui fait qu'on a un confort maximal sans que l'eau de coule.

Denis LAGARDE a dit...

Personellement, j'utilise une fleur (jaune).
C'est une objet mou, une résille en plastique et retenue par une cordelette de façon à former une "fleur". Pour donner une image, ça ressemble à un sachet d'oranges, sans orange, et roulé en boule.
La savon mousse dedans et il permet également de décaper délicatement la peau de ses celulles mortes. Chose que débarbouillette, lingette et gants ne savent pas faire.
La "brosse à dos" sait également décaper la peau, mais de façon beaucoup plus astringeante.
Merci de m'avoir laissé m'exprimer sur ce nouveau phénomène de société.

coyote des neiges a dit...

Décidément, la «fleur» devient de plus en plus tendance cette saison. Elle conservera à votre peau son grain délicat, et donnera envie à tous de venir vous butiner.

(Mais quand on a mal à la tête, on veut une DÉBARBOUILLETTE!!!)

Beo a dit...

T'as mal à la tête?

Anonyme a dit...

Le vendredi, août 26, 2005
sur:
http://coyote-des-neiges.blogspot.com/

On parle de:

Le débarbougant
IL EST ECRIT:

Débarbouillette : carré de tissu éponge qui sert à se laver.


Anne dit:


Les debarbouilletes c"est fait en RATINE par che nous¿¿

Salutations
Anne
http://espanol.profiles.yahoo.com/anne_no_nymes

PS:
Pas moyen de faire des commentaires sans etre enregistré sur Blogger.
Ce n' est pas pour moi ‡

PSS: tu peux copier dans les commentaires de ton blog si tu veux


PPSS:
J ai aussi lu ton blog de la marine.
C est épatant
La vie d une tite fille avec les grosses machines.

Bon Salut pour vrai

coyote des neiges a dit...

Bon, à ta demande j'ai recopié le commentaire, mais je signale que tous peuvent laisser des commentaires, en cochant «Âne aux Nîmes».

Merci, je cherchais justement le mot exact pour tissu-éponge et je l'ai changé dans mon post pour «ratine».

Enfin quelqu'un qui trouve mon blogue sur le navire épatant (j'ai un ou deux lecteurs par jour sur ce blogue...). Mais je suis pas une tite fille...

Shandara a dit...

Vive les bonnes vieilles débarbouilettes (yé tu pas laid ce nom!). J'en importe tout le temps, mais y'a que moi qui en utilise... sauf en cas de grande fièvre, là mon homme est bien content d'en avoir ! ;)

Denis LAGARDE a dit...

Personellement, quand j'ai de la fièvre je prend un aspirine et je me couche sous trois couvertures pour la nuit. La chaleur combat la fièvre et le lendemain : hop! Plus de fièvre. Si elle persiste, je vais voir mon médecin traitant.
Je n'ai JAMAIS mis de glaçons en 35 ans de vie, mes parents non plus, mes amis non plus... euh... personne que je conaisse en fait!
Ah si : un seul.
;-)

Plastie and Cie a dit...

j'adore, t'as vraiment réponse à tout Coyote !!!!

coyote des neiges a dit...

@ Plastie : ...oui, et même aux questions que vous n'avez jamais pensé à poser!

Plastie and Cie a dit...

Euhhhhh, c'est un défi ??!! Parce que si oui je vais chercher... !

coyote des neiges a dit...

Je t'en prie, ose et cherche!

mercotte a dit...

Il est hilarant ton post et tellement "vécu" j'ai envoyé le lien à une amie pour que nous partagions nos rires !

coyote des neiges a dit...

Merci c'est gentil...
Jamais un de mes posts n'a suscité autant de commentaire! Faut croire que le sujet est encore plus controversé que «Da Vinci Code»!!!