jeudi 12 mai 2005

Le loto du vendredi 13

Je pensais y échapper, mais il y a pensé!

Demain c'est le tirage du loto du vendredi 13. Ce que je peux m'en foutre!!! J'ai toujours considéré jouer au loto comme une perte d'argent pure et simple.

Comme d'habitude, mon Chéri me manipule en m'annonçant qu'il tient un sujet pour mon blogue. Je m'engage donc, à contre-coeur, à aller lui acheter un billet de loterie en échange d'un post sur le sujet. Car demain... c'est le vendredi 13!

- Et alors? dis-je.
- C'est un jour chanceux, répond-t-il.

(Ici, je cesse d'écrire un instant pour lui faire remarquer «Tu vas vraiment passer pour un crétin, dans mon post». Sa seule réaction est de faire son sourire content.)

- Mais se sont des supertitions, ça!!! raisonné-je.
- Mais non, le gros lot est plus gros! argumente-t-il.
- Mais s'il est plus gros, c'est parce qu'il y a plus de c... qui achètent des billets en s'imaginant que le vendredi 13 est un jour chanceux! explosé-je.
- N'empêche que le gros lot est plus gros, insiste-t-il.
- Mais tu as moins de chances de gagner, aussi, calculé-je.
- M'en fous, je veux mon billet chanceux, couine-t-il.
- Bon, tu veux gaspiller combien? me résigné-je.
- Entre 10 et 20 euros, dit-il.
- Alors ce sera 10 euros, concédé-je.

(Il lève les yeux au ciel)

- Je rentrerai dans le café, et je demanderai un billet déjà rempli? demandé-je, pleine d'espoir.
- Ah non! Tu dois marquer les numéros toi-même, pour me porter chance, minaude-t-il.
- Bon, je vais te faire ça en 3 secondes, tu vas voir!
- Non, non, tu dois les choisir amoureusement. Je veux même que tu les écrives sur ton post, comme ça tout le monde va voir comment j'ai de la chance, demain, quand j'aurai gagné le gros lot.

(Ici, c'est moi qui lève les yeux au ciel)

- Tu sais, si j'inscris ici les numéros de ton billet, il y aura un million de c... qui vont se précipiter au café demain pour acheter un billet avec le même numéro que toi!
- Oh, je n'avais pas pensé à ça!!! Tu as raison, ne les écris pas, je ne veux pas partager mon gros lot!!!

Bon, je ne les écris pas, et demain je vais aller acheter pour 10$ (non, 10 euros) de faux espoirs sous la forme d'un bout de papier avec des petits carrés noircis au hasard...

Je sais que vous vous attendez tous à ce que je refasse un post demain soir en révélant que Chéri a gagné 10 millions à la loto, parce que dans tous les téléromans, dès qu'il y a quelqu'un qui n'y croit pas qui achète un loto, il gagne toujours. Ce qui contribue à la crédulité générale. Et à la bêtise humaine ne général.

Et je ne parle même pas de l'animateur de «La nouvelle star» qui a annoncé pompeusement que lui, que le Public, que le Jury, que la FRANCE ENTIÈRE était partagée en deux!

Non, la bêtise humaine n'a pas encore atteint ses limites!

5 commentaires:

Yo a dit...

"Il n'existe que deux choses infinies, l'univers et la bêtise humaine... mais pour l'univers, je n'ai toujours pas de certitude absolue."

Sacré Albert... Mais bon tu feras moins la maligne en postant que tu amoureux il a gagné le gros lot (oui moi les téléromans j'y crois).

e-diote a dit...

Sur Libération aujourd'hui, on peut lire ceci :
"Patrick Roger, professeur de finances, donne quelques conseils aux joueurs de Loto :
«Le 13, très joué... donc peu rentable»
pix
Par Marie-Dominique ARRIGHI
pix
vendredi 13 mai 2005 (Liberation - 06:00)
pix
pix

la machine à rêver tourne à plein aujourd'hui. Au moins 6 millions de Français vont remplir des grilles pour le Super Loto de ce vendredi 13, prévoit la Française des jeux. Soit deux fois plus que pour un tirage ordinaire. Pourtant 98 % de ces grilles seront perdantes, selon les calculs de Patrick Roger, professeur de finances à l'université Louis-Pasteur de Strasbourg et auteur de Lotomania (1). Ce doyen de la fac de sciences économiques conseille de ne pas cocher les chiffres réputés porte-bonheur, tels le 13 ou le 7. Mieux vaut aussi faire une croix, façon de parler, sur les autres numéros «populaires» : 5, 9, 11, 12. En revanche, les 32, 38, 39, 40, 41, 43, beaucoup moins joués, devraient assurer, au cas où ils seraient tirés, des gains plus élevés. A moins qu'une foule d'accros au Loto lisent cet article ou Lotomania et en soient informés. Entretien sur la psychologie des joueurs, déjà percée par Talleyrand : «On s'attache d'autant plus à une combinaison qu'elle a été longtemps funeste.»

Jouer les petits numéros, ce n'est pas rentable, pourquoi ?

Parce que le Loto est un pari mutuel. Les mises redistribuées sont partagées entre les gagnants. Plus il y a de gagnants, plus le gain individuel est faible. Et les petits numéros ­ 5, 7, 9, 11, 12, 13 ­ sont les plus joués, donc les moins rentables.

Comment expliquer la fréquence de jeu sur ces chiffres ?

C'est ce qu'on appelle la «théorie des dates de naissance», qui inspire de nombreux joueurs. Il n'y a que 12 mois dans l'année et 31 jours par mois. Les gens qui jouent ces dates de naissance ont donc tendance à miser sur les numéros inférieurs à 31. C'est ce qui apparaît dans les statistiques sur presque trente ans de tirages.

Chaque fois qu'on joue 10 euros, on perd en moyenne 4,95 euros, prélevés par l'Etat et l'organisateur. Pourquoi continue-t-on à jouer ?

Les joueurs déforment les probabilités de gain. Plus ces probabilités sont petites, plus les gens les surévaluent. C'est ce qui ressort des travaux du prix Nobel d'économie 2002, Daniel Kahneman, et de son collègue Amos Tversky. Et cela renforce considérablement l'attractivité du jackpot, alors qu'il n'y a qu'une chance sur 14 millions de le décrocher. Sachant cela, l'organisateur redistribue une grande part des mises aux gagnants du premier rang. Pour le premier tirage, c'est 29,1 % de l'argent redistribué, et, pour le second, 45,4 %. La Française des jeux prévoit des lots de consolation, plus faciles à obtenir. D'autant que les joueurs se souviennent bien davantage de leurs gains que de leurs pertes, plus nombreuses. Puis l'organisateur médiatise à tout-va les gagnants, ce qui constitue la meilleure pub qui soit.

Acheter du rêve, cela modifie-t-il la psychologie de l'acquéreur ?

Même quand les gens perdent, ils constatent que d'autres ont gagné des sommes très élevées. Ils se disent «ça aurait pu être moi». Ce rêve par procuration pousse à rejouer.

Pourquoi une combinaison gagnante manquée de peu constitue-t-elle un stimulus ?

La chance est perçue comme une caractéristique personnelle, tandis que le hasard est vu comme ce qui échappe au contrôle de l'individu. Donc, quand on a «presque gagné», on peut avoir l'impression que la chance est en marche et réessayer la semaine suivante."

Ca en calmera peut-être quelques uns... niark niark

coyote des neiges a dit...

Merci, E-Diote, pour ton commentaire, je ne saurais mieux dire!
Long, mais instructif, et j'espère que tout le monde va se donner la peine de le lire.

Surtout Chéri!

François a dit...

Ici au Canada il y avait 25 millions$ à la Super7 du vendredi 13. Comme trop souvent c'est un billet de l'Ontario qui a gagné :-((

pata785 a dit...

Coyote des neiges,
Le commentaire est de e-diote (c'est-à-dire l'article de "Libération") mais le bouquin (Lotomania) auquel il fait référence va dans ton sens. La partie historique montre que cela fait 500 ans que ça dure et les analyses statistiques sont très intéressantes même si cela ne concerne que le loto français.
La page de l'auteur
http://cournot2.u-strasbg.fr/users/large/pagesperso/affinfos.php3?id=1